Category Archives: Sorties

Que faire à Lyon ?


Vous êtes de passage à Lyon pour quelques jours et vous souhaitez découvrir les richesses de cette ville ? Mais vous ne savez pas comment organisés vos sorties ni même les établissements à ne pas manquer ? Alors bien sûr, vous pouvez toujours flâner dans les rues de Lyon à la recherche de la perle rare mais quoiqu’il en soit vous allez vous poser cette question… Où vais-je donc pouvoir sortir à Lyon ?

 

Lyon


Lyon regorge de merveilles et vous ne serez pas déçus par les traboules lyonnaises, par les escaliers en direction de la Croix-Rousse, par les berges du Rhône et ses nombreux ponts ainsi que par ses monuments comme Fourvière, l’opéra, etc. C’est vrai que Lyon est aussi une capitale gastronomique et que manger dans un bouchon est une étape obligatoire pour ton passage à Lyon. Mais Lyon est aussi la capitale des cafés-théâtres ! On le sait moins mais de nombreux artistes français comme Florence Foresti  ont commencé à Lyon dans les petits cafés-théâtres des pentes de la Croix-Rousse ou encore dans le très célèbre Boui-Boui. Bref, un café théâtre à Lyon, c’est un passage obligatoire !

 

On parle de culture, mais il ne faut pas oublier que la culture lyonnaise se distingue par sa gastronomie et ses nombreux restaurants lyonnais. Manger dans un bon restaurant à Lyon, pour un pur lyonnais, c’est crucial. Vous devez absolument manger dans un bouchon, c’est un passage obligatoire pour tout visiteur qui veut découvrir la ville mais faîtes quand même attention aux « véritables bouchons lyonnais » qui parsèment la ville. D’ailleurs, si vous êtes de passage à Lyon pour le week-end et que vous souhaitez manger un bon brunch c’est possible. Les brunchs à Lyon se développent de plus en plus, comme dans toutes les villes mais il y a quelques adresses qui valent vraiment le coup !

 

Si vous êtes un peu plus classique, vous pouvez bien entendu vous rendre dans les lieux célèbres de Lyon et il y a de quoi faire ! Entre l’Opéra, la place des Terreaux, la colline de Croix-Rousse ou encore le Vieux Lyon et ses pavés, vous avez de quoi marcher. Par contre, avant de quitter Lyon, visiter quelques traboules (passages entre les immeubles), c’est spécifique à Lyon et c’est incroyable !

 

Grande Cote Lyon

User de l’art de la réplique et de la répartie…

Répondre du tac au tac, trouver la belle réplique et user de la répartie sont des outils de pouvoir et des armes puissantes que beaucoup aimeraient maîtriser, évitant ainsi les situations difficiles et les silences embarrassants… Maîtriser le ping-pong verbal et trouver la réplique qui tue peut parfois nous éviter certains désagréments, et c’est bien le but : se sortir aisément de toutes les situations en utilisant intelligemment les bonnes paroles quand il le faut aussi naturellement que de parler des banalités de la vie.

Cela dit, nous pouvons considérer les personnes capables de telles prouesses comme des artisans des mots, les dire dans un ordre bien précis, accompagnés des gestes et des mimiques qu’il faut sans la moindre hésitation demande une vivacité d’esprit déroutante.

Nous aimerions tous en finir avec les silences embarrassants, les réponses hors sujet ou encore le mot qui jette un froid glacial et qui vous donne envie de vous enterrer six pieds sous terre avec une tomate en guise de visage, car il est vrai que nous ne sommes pas tous capables de cet exploit, celui du mot qu’il faut là où il faut, quand il le faut…

Les premiers utilisateurs de cette arme formidable sont les politiciens, maîtres dans l’art de déstabiliser et de prendre le dessus, car c’est là la première utilité de cette manœuvre. Mais comment y arriver ? Comment surmonter le trac ? Comment se transformer en connaisseur des joutes verbales ?

La clé de la réussite est simple, on n’est pas obligé d’avoir un doctorat en sociologie pour y parvenir. Il faut déjà ignorer tout soupçon de doute qui surgit en vous, sinon tout tombe à l’eau, car user d’un tel art demande une bonne dose d’ego. Dites-vous que vous êtes brillant, beau et que vous arrivez à obtenir ce que vous voulez, en deux mots c’est “la pensée positive” qui vous mènera directement à la maîtrise de la réplique assassine. Une fois gorgé de ces belles pensées, il faut gérer le trac. Ce dernier pointe en général le bout de son nez quand vous avez besoin d’une belle réplique à un moment où quelqu’un vous a fusillé au cœur avec une phrase ironique, insultante ou même injurieuse. Là, vous vous retrouvez avec une tête qui bouillonne de paroles et une bouche muette, les mots sont coincés car le satané trac vous a paralysé.

Il ne faut pas se leurrer, si une phrase a pu avoir autant d’impact sur vous, c’est qu’elle vous a touché là où ça fait mal, un truc refoulé, quelque chose que vous n’aviez aucune envie d’entendre. Entraînez-vous à dépasser ce stade de souffre-douleur pour devenir l’agresseur. Il faut oublier pendant ce laps de temps tout ce que vos parents vous ont appris, les « reste poli, arrête de cogiter, ne parle pas de cette “manière aux gens »… Papa, maman, tantes et grands-parents ont raison, sauf quand le monsieur ou la dame en question se révèlent être de vrais rustres qui méritent d’être remis à leur place. Là vous devez de suite vous libérer de vos blocages et vous laisser aller à cette pulsion agressive mais néanmoins fine que votre cerveau essaye de libérer.

Mais il ne faut pas non plus en abuser car l’art de la répartie doit être utilisé de façon mesurée. Ça ne doit pas être vulgarisé au rang d’une banale vanne, laissons la technique de la baffe verbale et le jeu de la langue bien pendue à ceux qui fourrent le sarcasme n’importe où. En ce qui nous concerne, la prudence est le maître mot car enchaîner vanne sur vanne pourrait vous faire passer pour une pauvre personne en mal de reconnaissance et d’estime de soi. Entraînez-vous sur les lourds qui nous entourent de partout, ça peut vous aider à tester et à affiner vos réparties. Avec ces gens-là, vous pouvez y aller car ils le méritent bien !

Ce qui est primordial, c’est de savoir allier réponse assassine et humour. Ne dites pas les choses directement, laissez planer le doute sur la façon dont la personne doit les prendre, puis laissez-la cogiter en passant tout de suite à autre chose et si elle revient à la charge, refaites la même manœuvre. Vous verrez, cela pourrait se révéler très amusant, et une fois que vous aurez pris le dessus, il lui faudra du temps pour pouvoir vous contrer.

Cette défense par la parole est la plus tueuse et désarmante de toutes, elle vous permettra de passer un message important socialement et professionnellement : vous êtes un dur à cuire, une personne qui sait se faire respecter avec beaucoup de finesse. Croyez-moi, pas mal de gens vous jalouseront pour ça !

Milan Kundera a dit : Rien n’est plus humiliant que de ne pas trouver de réponse cinglante à une attaque cinglante.

N.Azouz

Trekking dans la réserve naturelle de Puluong

Vietnam Puluong

Lors de mon voyage Vietnam, j’ai fait un trek dans la réserve naturelle de Puluong.

Je marchais environ 5 heures par jours à travers les rizières de riz, la forêt, les villages.
Chaque jour, je dormais dans différents villages chez l’habitant, ce que je conseille à tous ceux qui souhaite découvrir leurs modes de vie. La vie à l’extérieure de Hanoi est totalement différente, elle est plus simple, plus calme, plus sympathique.
La population est très accueillante, les enfants viennent et nous disent “hello” avec un grand sourire. Ce qui remontera votre moral, si vous êtes épuisé.
Personnellement, j’ai préféré être à l’extérieure de Hanoi, bien sur, il faut y rester quelques jours pour visiter la ville mais ensuite aller voir d’autres villes et villages.

Le trekking n’est pas réservé à tout le monde, c’est quand même plusieurs heures de marche, à travers la montagne et sous la chaleur (surtout de mai à octobre).
Il faut se préparer physiquement si on veut profiter un minimum.

Dormir chez l’habitant est une très bonne expérience, certains sont timides, d’autres dinerons et ferons la fête avec vous. Dans cette réserve naturelle, j’ai dormis dans des maisons sur pilotis où il n’y a, en général, qu’une seule grande pièce qui servira de salle à manger pendant les heures de repas et de chambre la nuit. Le lit sera très rudimentaire, un tapis avec un matelas très fin (plus fin qu’un futon), une couverture (car malgré la chaleur la journée, les nuits sont fraiches) et le plus important une moustiquaire. Au bout de 4 nuits à dormir de cette manière, j’ai trouvé les lits plutôt confortables et agréables pour dormir.

Pendant ce trekking, j’ai remarqué que les personnes vivent au même rythme que le soleil. Et par la même occasion, je suivais aussi ce rythme, coucher au plus tard à 22h et se lever vers 5h30-6h du matin.

Pour tous ceux qui aiment la randonnée, ne passez pas à côté des treks au Vietnam, qui vous permettrons de découvrir le vrai Vietnam!
Et pour tous ceux avides de grands voyages, suivez le parcours de ce jeune couple qui vagabonde de la France à la Nouvelle-Zélande à vélo pour promouvoir le don du sang.

L’ère du partage a frappé

faire_des_economies

Avec l’installation durable de cette maudite crise, les gouvernements ont pas trouvé mieux que d’augmenter nos impôts, nos taxes et même les prix de nos coca-cola ! C’est pas très rose tout ça.

Pourtant, plusieurs il existe plusieurs astuces pour économiser; qui vont permettront de vivre mieux et d’arrondir vos fins de mois.

Outre les techniques et recettes de grand-mère pour économiser sur les produits ménagers ou découvrir des sites de musiques gratuits, j’ai découvert un nouveau type de sites internet dit de consommation collaborative. Mais quesaquo ?

Internet remet au gout du jour des services que pouvaient se rendre nos grand parents et notamment un peu plus de solidarité autour du concept du troc. Les particuliers peuvent à nouveau partager leurs bien et consommer ensemble.

Hébergements de particuliers pour se dépanner via un site appelé couchsurfing; des systèmes de prêt ou de location d’appartements ou de voitures entre particuliers…

L’économie du partage revient à la mode et tout ceci grâce à la puissance de la mise en relation sur internet.

On y découvre notamment un site de vêtement permettant de se donner ou de récupérer des vêtements d’enfants et matériels de puériculture entre mamans. Le concept est simplissime: je me débarrasse des fringues trop petites de mon fiston et je récupère des fringues à la taille au-dessus, permettant d’habiller mon bébé gratuitement toute l’année, voir pendant de nombreuse années.

C’est pratique, économique (puisque c’est totalement gratuit) et puis c’est un super moyen de rencontrer d’autres mamans dans son quartier.

Voilà encore de quoi permettre aux jeunes parents de passer cette foutue crise sans encombre. Plutôt pratique non ?

Comment briller mais pas trop en société

Eh bien mes amis, vous voulez briller en soirée et par extension, en société ? Rien de plus facile, j’ai envie de dire.

Il faut d’abord partir d’un constat assez simple. Pas besoin d’avoir de la culture ou d’être intelligent pour ce faire, il suffit de le paraître. (Mais puisque vous êtes sur ce blog, mes amis, vous l’êtes forcément et n’avez donc pas à vous soucier de ces paramètres) Un peu de bagout et même le plus François Pignon d’entre vous passera pour le moins con de tous.

Voilà comment ça se passe :

Vous êtes invité à un dîner mondain (ou pas, d’ailleurs) et ne connaissez personne pouvant vous servir d’alibi pour éviter de parler au reste de la populace pour la soirée. Vous voici donc obligé de parler à des inconnus, la belle affaire que voici. C’est le moment de prendre connaissance et d’éviter les futilités et palabres inutiles.

Vous aurez au préalable acheté un petit recueil, vous nourrissant d’anecdotes à sortir à des moments propices, comme celui-ci, ou bien trainé sur des sites comme celui-là, relevant des choses à savoir dignes d’intérêt.

Vous pourrez ainsi abreuver vos congénères de votre savoir qui semblera absolu. Le fait de connaitre un milliard de petites anecdotes inutiles vous rendra aussi intéressant que si vous prépariez un bouquin d’unification des théories de la physique.

Ainsi, alors que votre interlocuteur vous parlera de ses actions humanitaires au Kenya, Haiti, ou un autre pays du tiers-monde, vous pourrez attraper au vol l’une des ses paroles et rebondir, tel un félin de la répartie, claquant au passage le bec de toutes les personnes attirées par ses racontars, en lançant nonchalamment : “Vous entendre parler du Chili, mon cher me remémore cette anecdote. Saviez-vous que le tremblement de terre du Chili survenu le 27 février 2010 fut l’un des plus violents de ce siècle, avec une magnitude estimée à 8,8. Mais le plus surprenant, c’est qu’il a décalé l’axe de rotation de la Terre de 8 centimètres : ainsi les journées se sont raccourcies de 1,26 microsecondes.”

A ce moment précis, votre auditoire sera sous le choc. Vous pourrez lire dans leurs yeux “Cet homme a l’air de posséder tant de savoir ! Peut-être devrais-je l’inviter à notre club de bridge où il nous régalera de son infinie connaissance”

Petit conseil toutefois : N’en faites pas trop. Vous risqueriez de passer pour un connard pédant et tout le monde vous évitera comme un pestiféré qui cherche à cracher ses germes de savoir à la tête de autres. De plus, au bout d’un moment, vous vous retrouverez à court d’anecdotes, ce qui serait ballot.

Selon le standing de la soirée, vous pourrez tenter les citations de film ou de gens célèbres. MAIS ATTENTION, cette technique est à user avec parcimonie, au risque de franchir la limite qui sépare le connoisseur du geek de base, qui connait lui aussi évidemment ses Monty Python sur le bout des doigts. Évitez aussi les citations d’Arthur et Mickaël Vendetta et autres bouffons modernes au risque de vous transformer en un intouchable de la société indienne auquel plus personne ne voudra adresser la parole.

Au final, le bon équilibre se trouve entre quelques anecdotes, quelques citations et un brin de lieux communs.

 

Voilà, si vous suivez ces conseils, vous pourrez survivre dans la jungle mondaine sans trop de mal. Sauf si vous êtes moche. Et là on ne pourra pas grand-chose pour vous.

L’Alsace, une région à redécouvrir

Riesling, Sylvaner, belles cygognes, maisons typiques à colombages etc, ça vous dit quelque chose mais vous n’avez jamais osé partir dans ces contrées ? Il est temps d’essayer ! Pour des vacances, un week-end ou un plus long séjour, l’Alsace est une destination pleine de surprises où il est impossible de s’ennuyer !

L’Alsace n’est pas forcément une région à laquelle on pense pour s’offrir un moment de détente ou pour passer un bon moment entre amis et pourtant il serait vraiment dommage de passer à côté ! Prenons Strasbourg : sa fameuse cathédrale et son horloge astronomique, son joli quartier de la Petite France aux maisons typiques et aux multiples ponts (idéal pour une belle balade en amoureux ou entre amis), le palais Rohan, les belles places de la ville et ses multiples musées ne pourront que vous enchanter !

Ville historique et culturelle, la ville comporte de nombreux musées comme le musée Alsacien ou le musée historique qui valent vraiment le détour rien que de par leur architecture ! Quand la soirée arrive ensuite, les rues s’animent et les nombreux pubs de la ville se remplissent : à vous le choix entre une petite brasserie locale ou l’univers dépaysant du pub des Frères Berthom, mélange de jungle et d’estaminet flamand ! Et bien sûr si Strasbourg reste un endroit incontournable à visiter, il est fortement recommandé de passer aussi par Colmar et de partir du côté de la campagne Alsacienne et visiter les villages typiques de Kaysersberg ou encore Obernai…
N’attendez plus et trouvez la location d’appartement à Strasbourg adaptée à vos envies pour pouvoir profiter de votre séjour à Strasbourg comme un vrai Alsacien !

Que faire de son mardi soir quand on est seul à Paris ?

Mardi, ce jour qui ne sert à rien

une représentation de vous - en quelque sorte

Partons du postulat que le mardi est le pire jour de la semaine puisque situé en début de semaine, mais pas trop, laissant supposer trois long jours avant de pouvoir respirer un peu de nouveau.

Vous êtes seul, vous êtes chez vous, en train d’humer la brise légère par la fenêtre de votre une pièce en proche banlieue. Une clope au bec, vous êtes plongé dans vos pensées et l’une d’entre elle prend le dessus par rapport aux autres : « j’ai envie de sortir mais je ne sais foutrement pas où ». Tous vos potes bossent en semaine (comme vous d’ailleurs) et vous ne prenez même pas la peine de les appeler car vous connaissez d’avance trop bien leur réponse : « boaarrfffrrfr… fatigué… boulot demain… copine qui geint… ». Bref, vous pouvez compter sur eux, comme d’hab’.

 

Voici quelques techniques imparables pour vous procurer de l’amusement pour pas cher (ou pas trop)

Première étape : enfiler ses baskets, son manteau (ou blouson de cuir si vous êtes un vrai de vrai) et passer le pas de votre porte. C’est simple mais pourtant parfois ça prend trois heures cette étape.

Rendez-vous ensuite à l’épicier du coin ou superette si l’heure de sortie vous le permet encore et approvisionnez-vous en boisson.

vous êtes en pleine réflexion

Je ne ferais pas l’apologie de l’alcool ici, mais sachez tout de même que l’on réfléchit mieux après ingurgitation d’une bière – à vous de voir. Assaillez-vous cinq minutes sur un banc (avec toi, regardez les gens tant qu’y’en a […] – air connu), déglutissez une ou deux fois du précieux liquide fraichement acheté puis réfléchissez.

  1. Y a-t-il un pote aux alentours qui serait content de votre passage, dans un rayon de distance acceptable, que vous seriez susceptible de passer voir, pour dire bonjour et refaire le monde ?
  2. Y a-t-il un film assez correct au cinémascope pour qu’il soit envisageable d’y débourser 10€ pour s’occuper pendant 90 minutes ?
  3. Y a-t-il une connaissance issue de votre club de fléchettes/bowling/poterie/ curling qui auraient potentiellement envie de vous voir en dehors de ladite activité pour partager ses opinions mondaines sur la vie en général ? L’avantage certain d’un tel entrepreneuriat auprès d’une personne que vous ne connaissez pas encore très bien est le passage du statut de connaissance à celui de partenaire sexuel potentiel. Après, moi je dis ça, je dis rien.

Voilà. Cela fait déjà trois idées fantastiques pour tuer l’ennui. En espériez-vous plus ?

Randonnées dans les Vosges

Sentier VosgesLoin des clichés de petites montagnes ou montagnes à vaches, les Vosges étonnent plus d’un visiteur, et à fortiori, plus d’un randonneur de part la qualité et la diversité de leurs sentiers de randonnée.

Petit rappel géographique : les Vosges sont une petite chaîne de montagne coincée entre l’Alsace et la Lorraine. Elle s’étire parallèlement au fossé rhénan (ou plaine d’Alsace côté français) sur un peu plus de 100km. Fossé rhénan dont elle partage les mêmes origines géologiques : son effondrement a par ricochet entrainé la surrection des Vosges et de la Forêt Noire sur ses bords. Cette petite précision permet de comprendre un peu mieux pourquoi les pentes des Vosges sont très abruptes côté alsacien alors qu’elles descendent doucement côté lorrain. Le Massif des Vosges culmine au Ballon de Guebwiller, également nommé Grand Ballon, à 1424m d’altitude. La forêt couvre une grande partie du massif. Seules les chaumes sommitaux et le fond des vallées (à quelques exceptions près…) ne sont pas boisées.

Il existe plusieurs centaines de kilomètres de sentiers très bien balisés par le club Vosgien. Ils permettent tout autant de possibilités de circuits de randonnées dans les Vosges. Les sentiers sont de difficultés variables, il y en a pour tous les goûts. Vous pouvez choisir de faire une petite balade tranquille sur les sommets : une route parcourt toute la crête sommitale du nord au sud et permet d’accéder notamment au Hohneck et au Grand Ballon. Une autre accède au Ballon d’Alsace d’où, par temps clair, on peut admirer les Alpes. Vous pouvez aussi rejoindre un lac : ils sont nombreux dans les Vosges. Citons par exemple les lacs du Neuweiher et des Perches dans la vallée de la Doller, mais aussi le lac de Lispach, le lac Blanc, le lac Noir, … Enfin, il est aussi possible de faire des randonnées plus longues et plus sportives, voire sur plusieurs jours (en empruntant le GR5 qui parcourt le massif du nord au sud par exemple). Certains chemins dans des éboulis sont même un peu techniques, même s’il n’en reste pas moins accessibles à presque tous.

Malgré cette bonne accessibilité, Il n’en reste pas moins qu’un minimum de prudence est toujours requis lorsque l’on se promène en montagne. Les sommets des Vosges sont un milieu très hostile en cas de mauvais temps. L’hiver, le vent peut souffler très fort, la neige être abondante et les températures ressenties peuvent être glaciales. Les avalanches sont même fréquentes dans certains couloirs. L’été, des orages peuvent se développer rapidement. Evitez donc de randonner par ce genre de temps. Enfin, ne partez jamais seuls ou prévenez toujours de votre itinéraire.

Enfin, ne manquez pas de déjeuner ou diner dans une ferme-auberge pour y déguster un repas marcaire. Et pour terminer votre journée, les vignobles et villages alsaciens ne sont jamais très loin et sont aussi très intéressants!

En transports en commun, des bus desservent la route des crêtes l’été depuis la gare de Colmar notamment. Si vous venez d’un peu plus loin, pensez pourquoi pas à prendre un avion pour Mulhouse. L’aéroport est très bien desservi, notamment en low-cost.

Recette de Noel

Sous ce titre accrocheur (pratiquement racoleur) en cette fin d’année 2011, je vous propose non pas une recette mais un nouveau post, issu de mon esprit de bloggeur fané, sur les vacanciers solitaires de Noel.

 

Les vacanciers de Noel

Toujours, au boulot ou dans votre famille, vous entendez parler de ces gens qui partent en vacances à Noel. Au ski ou aux Bahamas pour quelques jours de répit, ces vacanciers –pas comme les autres – laissent rêveurs et provoquent parfois un sentiment de type jalousie :

-« Ôh, comment se fait-ce ? Je croyais que tu avais encore trois crédits à rembourser et le FISC aux fesses, point d’exclamation »

Ou de type surprise :

-« Juste ciel, je te souhaite de prendre du bon repos, même si ce n’est pas commun de prendre des congés à une telle période de l’année ! »

Mais il y a également, le plus souvent au travail, le collègue qui déclare sans honte devant tout le monde à la machine à café :

-« Et bien moi, je pars tout seul. »

Après un long silence pesant, plein de sous-entendus et de pensées à tous ces moments où effectivement ledit collègue était bien seul – ce qui lui a valu le surnom de Forever Alone dans la compagnie, après l’explosion populaire des memes sur le net.

Vous l’imaginez prendre son train, profiter de ses vacances, boire des cocktails, danser et se coucher tout seul. Cela vous déprime mais cela vous remonte le moral également. À la plage, vous pouvez les reconnaitre de par le lourd attirail qu’ils transportent avec eux : livres, mots-croisés, mp3, parasol, jeu de cartes, carnet de notes, téléphone portable. Au ski, c’est plutôt sur les remontées mécaniques : toujours seul sur un télésiège à quatre places, ou à la cafétéria en train de manger son steak frites entre le radiateur et la fenêtre.

Les vacanciers de la solitude, on ne sait pas trop quand ils s’amusent. On ne comprend pas trop pourquoi ils sont là non plus. On aimerait les inviter avec nous mais on se dit que cela chamboulerait sans doute l’ordre établi, un peu comme les riches et les pauvres : c’est inéluctable. Vous ne voudriez pas prendre le risque de voir la société toute entière s’effondrer.