User de l’art de la réplique et de la répartie…

Répondre du tac au tac, trouver la belle réplique et user de la répartie sont des outils de pouvoir et des armes puissantes que beaucoup aimeraient maîtriser, évitant ainsi les situations difficiles et les silences embarrassants… Maîtriser le ping-pong verbal et trouver la réplique qui tue peut parfois nous éviter certains désagréments, et c’est bien le but : se sortir aisément de toutes les situations en utilisant intelligemment les bonnes paroles quand il le faut aussi naturellement que de parler des banalités de la vie.

Cela dit, nous pouvons considérer les personnes capables de telles prouesses comme des artisans des mots, les dire dans un ordre bien précis, accompagnés des gestes et des mimiques qu’il faut sans la moindre hésitation demande une vivacité d’esprit déroutante.

Nous aimerions tous en finir avec les silences embarrassants, les réponses hors sujet ou encore le mot qui jette un froid glacial et qui vous donne envie de vous enterrer six pieds sous terre avec une tomate en guise de visage, car il est vrai que nous ne sommes pas tous capables de cet exploit, celui du mot qu’il faut là où il faut, quand il le faut…

Les premiers utilisateurs de cette arme formidable sont les politiciens, maîtres dans l’art de déstabiliser et de prendre le dessus, car c’est là la première utilité de cette manœuvre. Mais comment y arriver ? Comment surmonter le trac ? Comment se transformer en connaisseur des joutes verbales ?

La clé de la réussite est simple, on n’est pas obligé d’avoir un doctorat en sociologie pour y parvenir. Il faut déjà ignorer tout soupçon de doute qui surgit en vous, sinon tout tombe à l’eau, car user d’un tel art demande une bonne dose d’ego. Dites-vous que vous êtes brillant, beau et que vous arrivez à obtenir ce que vous voulez, en deux mots c’est “la pensée positive” qui vous mènera directement à la maîtrise de la réplique assassine. Une fois gorgé de ces belles pensées, il faut gérer le trac. Ce dernier pointe en général le bout de son nez quand vous avez besoin d’une belle réplique à un moment où quelqu’un vous a fusillé au cœur avec une phrase ironique, insultante ou même injurieuse. Là, vous vous retrouvez avec une tête qui bouillonne de paroles et une bouche muette, les mots sont coincés car le satané trac vous a paralysé.

Il ne faut pas se leurrer, si une phrase a pu avoir autant d’impact sur vous, c’est qu’elle vous a touché là où ça fait mal, un truc refoulé, quelque chose que vous n’aviez aucune envie d’entendre. Entraînez-vous à dépasser ce stade de souffre-douleur pour devenir l’agresseur. Il faut oublier pendant ce laps de temps tout ce que vos parents vous ont appris, les « reste poli, arrête de cogiter, ne parle pas de cette “manière aux gens »… Papa, maman, tantes et grands-parents ont raison, sauf quand le monsieur ou la dame en question se révèlent être de vrais rustres qui méritent d’être remis à leur place. Là vous devez de suite vous libérer de vos blocages et vous laisser aller à cette pulsion agressive mais néanmoins fine que votre cerveau essaye de libérer.

Mais il ne faut pas non plus en abuser car l’art de la répartie doit être utilisé de façon mesurée. Ça ne doit pas être vulgarisé au rang d’une banale vanne, laissons la technique de la baffe verbale et le jeu de la langue bien pendue à ceux qui fourrent le sarcasme n’importe où. En ce qui nous concerne, la prudence est le maître mot car enchaîner vanne sur vanne pourrait vous faire passer pour une pauvre personne en mal de reconnaissance et d’estime de soi. Entraînez-vous sur les lourds qui nous entourent de partout, ça peut vous aider à tester et à affiner vos réparties. Avec ces gens-là, vous pouvez y aller car ils le méritent bien !

Ce qui est primordial, c’est de savoir allier réponse assassine et humour. Ne dites pas les choses directement, laissez planer le doute sur la façon dont la personne doit les prendre, puis laissez-la cogiter en passant tout de suite à autre chose et si elle revient à la charge, refaites la même manœuvre. Vous verrez, cela pourrait se révéler très amusant, et une fois que vous aurez pris le dessus, il lui faudra du temps pour pouvoir vous contrer.

Cette défense par la parole est la plus tueuse et désarmante de toutes, elle vous permettra de passer un message important socialement et professionnellement : vous êtes un dur à cuire, une personne qui sait se faire respecter avec beaucoup de finesse. Croyez-moi, pas mal de gens vous jalouseront pour ça !

Milan Kundera a dit : Rien n’est plus humiliant que de ne pas trouver de réponse cinglante à une attaque cinglante.

N.Azouz

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>